Je débranche .....

Depuis quelques temps maintenant,  je débranche, je me déconnecte un week-end par mois. Enfin quand je dis, je, je devrais dire nous car tout le monde dans la bulle débranche. Le principe de nos week-end déconnexion, c'est plus de téléphone (ni portable ni fixe), plus d'internet, plus d'ordinateur et plus de télévision (pour moi et M.Bulle), en résumé c’est être couper du monde.



J'ai ressenti ce besoin de coupure, un jour ou je me suis rendu compte que dès que je recevais un sms ou un mp, que je me sentais obligée de répondre dans la demi-seconde suivante; comme si une catastrophe allée arriver si je ne répondais pas immédiatement. Je me sentais oppressée. Je me suis également souvenue du bien être que je ressentais quand je pars à l’étranger, que mon téléphone ne passe pas, que je suis injoignable. 
 Alors, j’ai bien décidé face à ce constat de prendre du recul, de me dire que les gens n’avaient pas besoin que je leur réponde dans la seconde et qu’ils pouvaient bien attendre que j’ai terminé ce que je faisais mais je me suis rendue également compte que je n’arrivais pas à m’y tenir, je me mettais toute seule la pression. J’ai donc décidé de me débrancher un week-end complet pour voir ce que ça ferait ! Et pour voir si j’étais vraiment accro à la technologie ? Alors en ce qui concerne la télévision aucun soucis cela fait déjà plusieurs années que je ne la regarde que très occasionnellement, je préfère regarder les émissions en replay afin de ne pas avoir de publicité. 

Source
Pour ce premier week-end de déconnexion, nous avons mis sous clés le vendredi soir avant de nous coucher nos téléphones portables ainsi que le fixe, mon ordinateur portable et nous avons débranché notre box. Enfin quand je dis sous clés, on a juste mis tout ça dans un placard afin de ne pas être tenté.
 Alors le samedi matin quand je me suis réveillée, je me suis rendue compte que par réflexe je cherchais mon iPhone du bout des doigts sur ma table de nuit, alors que j’étais encore dans le brouillard, pour regarder l'heure. Comme il me fait office de réveil la semaine, il est toujours en
mode avion sur ma table de chevet. Après être sortie de mon "frog" matinal, je me suis dit : "Mince, ça craint". En effet, la première chose que je fais en me réveillant, ce n'est pas de m'étirer, d'allumer la lumière, ou encore d'aller faire pipi. Non, non c'est attraper mon iPhone à moitié endormie pour regarder l'heure. Puis ensuite, j'ai eu l'envie d'aller voir ce qu'il se passait sur la planète Facebook et de lire mes mails et là je me suis dit, heureusement que tout est dans le placard car sinon je pense que j'aurai succombé à la tentation. 

Le week-end, je débranche, était donc une bonne idée car là, j'ai réalisé que j'étais accro à internet, mon iphone, les réseaux sociaux, pourtant je me disais, non, non je ne suis pas accro, je débranche quand je veux. Bref, je m'auto-persuadais avec le style de phrase que tout accro a dû dire au moins une fois dans sa vie. Et au final, les seuls moments de déconnexion que j'ai connu (et qui m'ont toujours fait du bien au final), étaient en réalité des déconnexions forcées (voyage à l'étranger, voyage en avion, coupure d'internet....). Fort de ce constat pas très glorieux, j'ai vaqué à mes occupations habituelles et là, je me suis retrouvée bête car j'ai réalisé que j'avais plus de temps devant moi que d'habitude, j'en ai donc profité pour lire, ranger, faire du tri, cuisiner, tricoter, jouer d'avantage avec mes minibulles. J'avais la sensation qu'on m'offrait du temps. Au fur et à mesure que le week-end avançait, je ne ressentais plus de pulsion, de besoin de me connecter, je me sentais légère et apaisée comme si on m'enlevait un poids. Par contre, il y a eu des moments comiques où on a réalisé que sans la technologie on était bien embêté et qu'on était énormément dépendant d'internet. Par exemple, on voulait le dimanche après-midi allait se promener dans un parc mais on ne savait pas où il se trouvait. Le réflexe a été de regarder sur internet et là on a réalisé qu'on ne pouvait pas. Bon pas grave, on va regarder sur un plan de la ville et là, surprise, on n'avait pas de plan de la ville non plus à la maison et les boutiques étaient fermées donc on ne pouvait s'en procurer une. On a donc dû changer nos plans pour le dimanche après-midi. On a été bloqué également pour cuisiner au début car beaucoup de recettes se trouvent dans notre ordinateur, là encore on a dû se rabattre sur notre imagination et ressortir certains livres de recette qui avaient pris la poussière, ce qui au final était très agréable. 

Comme quoi la technologie c'est formidable car en quelques clics on trouve ce que l'on cherche mais ça nous rend dépend également. Mais ce qui m'a le plus frappé, c’est à quel point c'est chronophage toute cette technologie et là où c'est dingue c'est qu'on ne s'en rend pas forcément compte. Répondre à un sms, faire une recherche, je ne pensais pas que c'était aussi prenant en réalité. J'ai donc ce week-end là, redécouvert des plaisirs simples, j'ai fait un petit bon dans le temps, ça m'a fait énormément de bien car je me suis débranchée des autres pour mieux me rebrancher à moi-même en fait. 
 
Pour acheter le livre, c'est ici

Ce week-end au final m'a tellement fait de bien que le lundi matin, je n'ai pas eu le réflexe d'aller sortir mon iphone du placard ou mon ordinateur et quand je l'ai fait, ça ne m'a pas réjouis bien au contraire. Le sevrage a été dur au début mais au final il m'a été bénéfique et m'a procuré énormément de bien car je suis trop connectée et il faut que je débranche à certains moments. 


Je débranche donc maintenant au moins un week-end dans le mois voir plus car je retombe facilement dans mon addiction de la technologie, dans mon besoin d'être connectée de savoir ce qu'il se passe et de répondre dans la seconde aux messages que je reçois. Nous avons également mis en place une panière dans la maison où nous déposons tous les jours (le soir lors des repas et dès qu'il est 21h30) nos objet connectés afin de nous débrancher et de montrer l'exemple à nos minibulles.

Et vous, vous débranchez de temps en temps ? 
Je vous laisse avec une chanson de Frane Gall, toujours d’actualité. 
 
 
✤ ✤ ✤

N'hésitez pas à partager ma petite bulle de douceur et de bonne humeur autour de vous. En effet, c'est grâce à vos partages que Ninou écolo se fait connaître, vous êtes mes meilleurs ambassadeurs. Et n'hésitez pas à me faire des retours quand vous testez les recettes et que vous partagez sur les réseaux sociaux, grâce au #ninouecolo, je vous retrouverais facilement

Commentaires

  1. Bravo pour cet article qui est très intéressant et réaliste, malheureusement c’est notre quotidien d’être branché et on ne s'en rend même plus compte... sur mon blog j'ai écris un article sur ma vie dans tv. Le téléphone j'ai plus de mal a déconnecter à cause du boulot, et j'en subis les conséquences... ton article m'a motivé à changer mes habitudes.
    Merci

    Adeline
    http://www.mesideesnaturelles.fr

    RépondreSupprimer
  2. Hello Ninou :o) Très bel article. Ce qui va être sympa avec le beau temps qui arrive c'est de prendre un thé ou un café sur la terrasse avec un livre, de cuisine éventuellement ;o)A force tu vas t'organiser et faire """comme avant""". Bisous

    RépondreSupprimer
  3. wow sacré témoignage où je me retrouve dans l'addiction même si j'essaie de faire des efforts tous les jours à être moins sur l'ordi ou mon smartphone...
    Je vais faire ces petites pauses dans la journée pour commencer en ne me connectant que le matin avant que toute ma petite tribu se lève et après je verrais pour passer à un week-end par mois :-D, merci pour ce témoignage réconfortant et motivant :-D

    RépondreSupprimer
  4. Oui je débranche régulièrement sinon pétage de plombs vue que je taf sur ordi ...Bisous

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire