La vie de ma bulle sucrée : Mai 2015



Que se passe-t-il dans la ruche ?
En Mai  le développement des populations dans la ruche va connaître son amplitude maximale. Durant cette période, les butineuses vont travailler à un rythme effréné, suivant les floraisons : acacias, ronce, marronniers, fleurs des champs, aubépines, sainfoin…
Durant le mois de mai, il est très important que se crée au sein de la ruche un réel équilibre entre le développement de la colonie, l'étendue du couvain, et la nature. C'est cette harmonie entre nature et vie dans la ruche qui va permettre aux abeilles de transformer le nectar en miel terroir de qualité.
Le mois de mai est également une période propice à l'essaimage, c'est-à-dire au départ de l'ancienne Reine avec une partie de la colonie.

Zoom sur …
L'Essaimage
Comment expliquer la fièvre de l'Essaimage ?
L'essaimage s'explique le plus souvent par le manque de place au sein de la ruche. En effet si la croissance de la colonie s'accélère et que la place vient à manquer, la reine quitte la ruche avec une partie des abeilles. Elle laisse alors place à une jeune reine qui va prendre le relais au sein de la ruche et pondre à son tour, une fois qu'elle aura été fécondée. L'ancienne reine, partie avec son essaim (une partie de sa ruche) va aller s'installer, en hauteur près de l'ancienne ruche, à environ 30, 50, voire 100 mètres, le plus souvent dans une cheminée, ou dans les arbres, dans les trous des maisons ou dans les espaces entre fenêtres et volets etc… L'essaimage naturel permet à l'apiculteur de multiplier ses colonies mais pour ce faire il doit le « maîtriser » pour éviter aux colonies de s'éparpiller dans la nature.

De son côté, l'apiculteur …
Pour l'apiculteur, mai est un mois d'observation et d'anticipation. Afin d'éviter de perdre une partie de ses colonies il doit être très vigilant et surveiller régulièrement l'évolution des populations au sein de la ruche.
Il installera volontiers de nouvelles hausses, qui permettront aux abeilles d'avoir plus d'espace pour se développer. Il peut aussi être amené à anticiper la division de ses colonies lorsque le manque de place se confirme, ce qui revient à reconstituer un essaimage au sein d'une nouvelle ruche.
Il faut savoir qu'au sein d'une même ruche, selon les floraisons et des conditions climatiques très favorables, une même colonie peut se diviser en deux, trois, ou même quatre nouvelles colonies.

Le Saviez – vous ?
En pleine activité, la température de la ruche peut grimper facilement jusque 30/35°. En effet lorsque les butineuses (près de 15 000) transportent du nectar vers la ruche, il faut compter près du double de jeunes abeilles (soit environ 30 000 abeilles) pour le transformer en miel. Cette maturité du nectar, pour en faire du miel  et l'eau qui en résulte nécessitent une température  de 35°. Il est donc important de faire attention à conserver cette température constante et d'intervenir en juste proportion pour éviter à la ruche de se refroidir.

Un peu de poésie … La citation du mois !
« Sois comme la fleur, épanouis-toi librement et laisse les abeilles dévaliser ton cœur ! » Râmakrishna

********** 
 
Je vous rappelle que vous pouvez parrainer des abeilles sur le site Un toit pour les abeilles.
Je vous renvoie à mon article sur le sujet ici.



Commentaires

  1. Merci pour tes bons articles toujours aussi top et de partager la vie de tes filleules butineuses, c'est toujours aussi bon de te lire (surtout quand on n'a pas le temps d'aller sur fb, la newsletter est un réel point fort! :) ).
    Gros bisous ma Ninou!
    Cha'

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire